COLLEGE DE MAGNY

Accueil Remonter

Communiqué

 

du Président de l 'Association de Défense du cadre de Vie de MAGNY

 

5/11/98 

COLLEGE DE MAGNY : LES REALITES A PROPOS DU SURREFECTIF

Il faut garder raison et ne pas dire n'importe quoi.

 

Je réagis en temps que Président de l'Association de Défense du cadre de Vie de MAGNY ayant une très bonne connaissance du dossier pour avoir été pendant 5 ans Président de l 'association FCPE du Collège, administrateur du Collège, vice président départemental de la FCPE et membre du Conseil Départemental de l'Education Nationale.

Cela fait plusieurs années que nous nous battons pour régler, enfin, ce problème dramatique de sureffectif du Collège.

Tous les élus locaux concernés en conviennent, Mme ROGER Inspecteur d'Académie également.

De nombreuses réunions et concertations ont eu lieu, à notre initiative.

Ce qui empêche de régler réellement le problème c'est le fait que la ville de Metz, grâce à sa participation financière importante au fonctionnement de l'Etablissement, par le biais du Syndicat intercommunal de gestion, limite d'autant la participation financière des petites communes.

De ce fait, si d'aventure des élèves de communes extérieures, devaient aller dans d'autres établissements, peu chargés, la participation des dites communes, par élève se verrait augmenter de manière substantielle et leur budjet mis à mal !

Ceci, serait bien évidemment anormal et nous avions demandé au Conseil général de prendre en charge ce différentiel, ce qui serait moins cher que de construire un nouveau collège.

Le Conseil Général a refusé, bloquant ainsi la situation.

Par ailleurs il faut noter qu'il a fallu 15 ans pour remonter la réputation du collège et qu'aujourd'hui cette bonne réputation le dessert car personne ne voudrais voir ses enfants aller dans d'autres établissement, aussi bon au demeurant, mais de moins bonne " cotte".

 

Je réagis de manière véhémente aux affirmations de Monsieur Jean François, que j'estime beaucoup par ailleurs, mais qui a, en l'occurrence le tort de ne défendre que sa chapelle :

Il accepterait un redécoupage de la carte scolaire, sous réserve que cela concerne également les enfants de la Ville.

Il faut traduire ses propos, car nous nous étions opposés à cela ! :

Cela voudrait dire qu'on prendrait des enfants de MAGNY pour les charger dans un car, afin de les emmener, par exemple, au collège Rabelais au Sablon.

Il faut garder raison : il y a des élèves qui sont déjà ramassés par des cars et qu'ils soient déposés à Marly, à Montigny, ou au Sablon cela ne représente que quelques contraintes, à la marge. On ne va pas les faire descendre du car à Magny pour y charger, à leur tour, des élèves de Magny, c'est un non-sens qui ne trouve de justification que dans de purs intérêts électoralistes et qui démontre un égoïsme incroyable !!

Par ailleurs on en viendrait à la situation aberrante suivante : le contribuable messin participe de manière plus importante que les communes environnantes au financement du Collège et, pour préserver le contribuable de la campagne il se verrait envoyer ses enfants, en car, à l'autre bout de la ville. Les enfants de Magny vont à pied au collège et il est hors de question que cela change : aucun élu de Metz ne l'acceptera et nous mènerons campagne pour l'éviter, avec la certitude de l'emporter !

 

Par ailleurs il faut noter que les collèges de Delme, Marly, Montigny sont loin d'être saturés, qu'il faut trouver une solution dans les plus brefs délais car il devient intolérable de laisser nos enfants continuer à subir de telles contraintes : manque de salles, salles trop chargées, gymnase trop petit, cantine hyper chargée avec des enfants qui mangent en 15 minutes et qui n'ont aucune salle de permanence puisque la cantine est également salle de permanence ! ! !

Il faut enfin, à moyen terme construire un collège de plus dans le sud messin qui par son attractivité voit sa population grossir!

 

Notre association de Magny lance donc un appel solennel, en soutien à l'action de la FCPE du Collège et des syndicats d'enseignants :

Mesdames, messieurs les élus locaux, arrangez-vous pour régler ce problème au plus vite et surtout avant la prochaine rentrée scolaire si vous voulez éviter une mobilisation unanime de Magny : si nous n'avons pas voulu accepter les nuisances de la B32, nous n'acceptons plus non plus les nuisances que subissent nos enfants !

Magny revendique que son collège accueille enfin ses enfants dans des conditions acceptables et demande à tous les élus de Metz qu'ils œuvrent pour que cesse cette situation scandaleuse.

 

 

Jean-Marie KREMER

retour début de page

Accueil Remonter