A 32 - B 32

 

                          Accueil Remonter Réaction des élus

24 mars 1999

A l'attention

du

Républicain Lorrain  

COMMUNIQUE DE L'ASSOCIATION DE DEFENSE DU CADRE DE VIE DE MAGNY CONCERNANT LE DEBAT PUBLIC SUR LE PROJET D'AUTOROUTE A32:

Nous avons décidé de ne pas participer au débat public du 24 mars qui se tenait à la faculté de droit de Metz. En effet, notre Association qui représente les habitants de Magny ne tiens pas à intervenir dans les choix qui pourraient être faits concernant le tracé de cette autoroute. 

Nous tenons toutefois à rappeler fermement notre opposition à l'utilisation du Contournement Sud - Est de Metz comme solution alternative à la construction d'une A32. 

Nous rappelons que cette voie de Contournement doit rester, conformément à l'engagement écrit pris en 1994 par tous les élus de Metz, une simple route à 2 voies, afin d'éviter qu'elle devienne une solution de délestage de la A31. 

En conséquence le Contournement Sud-Est restera définitivement à 2 voies si aucune solution palliative à la A31 ne voit le jour. 

Engagements écrits des principaux élus locaux: 

Jean-Marie RAUSCH le 15 mars 1994: "je me rallie à votre proposition retenue et reprise par Madame Nathalie GRIESBECK…" 

Nathalie GRIESBECK mars 1994: "j'ai l'honneur de vous faire part de ma volonté de voir réaliser le contournement sud-est à seulement 2 voies tant que le doublement de l'autoroute A31 n'est pas définitivement engagé…" 

Jean-Louis MASSON le 10 mars 1994: " le danger ,actuellement, est que, compte tenu de la saturation de l'autoroute A31, on veuille se servir de la RD1 au Nord-Est de Metz et de la B32 au Sud-Est comme d'un exutoire. Cette solution serait inadmissible et il faut la repousser avec d'autant plus de fermeté que certains pourraient ensuite s'en servir comme argument pour retarder le lancement de l'autoroute A31 Bis…" 

Marie-Jo ZIMMERMANN le 9 mars 1994: " il serait inacceptable que la B32 au sud-est de Metz et la RD1 au Nord Est de Metz deviennent des axes de délestage de l'actuelle autoroute A31. Il faut donc s'opposer fermement à toute mise à 2x2 voies. Moi-même et Monsieur MASSON avons été particulièrement clairs sur ce point…" 

Denis JACQUAT le 8 mars 1994: "afin que le projet de contournement sud-est conserve cette vocation ( desserte des quartiers sud) et ne devienne pas à terme un palliatif au doublement de la A31, il est opportun de mettre à l'étude l'aménagement à 2 voies dans un premier temps du B 32…" 

Jean-Pierre MASSERET, le 11 mars 1994: "Une solution pourrait consister dans l'attente de la réalisation de l'A31 Bis: … à réaliser une voie unique interdite aux poids lourds, à renvoyer à la croix d'Hauconcourt les camions qui viennent du sud pour aller à l'Est, à défendre le principe selon lequel la B32 sera et restera une voie de contournement…" 

Daniel DELREZ , le 9 mars 1994: " Afin d'éviter tout risque de voir la B32 devenir un tracé autoroutier servant de délestage à l'autoroute A31 il est nécessaire de la limiter à une route à 2 voies ayant pour vocation la desserte inter-quartier…" 

Par ailleurs: 

Motion à propos de l'autoroute A31 Bis (RL du 17/2/94 sous Vigy) :

les élus du canton de Vigy, réunis en présence de M. Jean-Louis Masson, député de la Moselle, de M. Genois, maire de Charly-Oradour et de M. Vincent, maire de Vigy… souhaitent "que la nouvelle autoroute comporte un ou plusieurs échangeurs permettent de desservir au mieux le canton de Vigy …et qu'un échangeur puisse être créé sur cette dernière à hauteur de Charly-Oradour…"

 Marie-Jo ZIMMERMANN, en mars 1994 (Moselle Avenir n°77) proposait: "le doublement de l'autoroute A31 par une autoroute A31 Bis sur la rive droite de la Moselle…" 

 

Notre Association reste ferme sur les engagements pris et rappelle qu'elle combattra tous ceux qui voudraient voir la "B32 au sud-est de Metz devenir un axe de délestage de l'actuelle autoroute A31."

Les Habitants et électeurs de Magny ont confiance dans la parole donnée par l'ensemble des élus et sont certains qu'aucune circonstance, même électorale, ne les fera revenir sur celle-ci.  

 

Premières réactions des élus: Nathalie GRIESBECK et Denis JACQUAT (fin mars 1999)

retour début de page

Accueil Remonter Réaction des élus